vendredi 17 novembre 2017

Mado, retour de l'enfer - Chérif Zananiri

Mado, retour de l'enfer par [Zananiri, Chérif]

Infos sur le livre

éditions : Marivole
date de publication : 16-03-2017
pages : 321
prix : 20€

Résumé éditeur


"Au départ de Gilbert pour la Grande Guerre, Mado son épouse, sait qu'elle doit survivre. Elle rouvre sa boutique de cordonnier, fait venir le père Émile pour apprendre le métier et s'installe, avec succès, en nouveau patron. Si le succès de son entreprise a été rapide, Mado apprend à vivre avec l'angoisse de la guerre, l'attente du mari, l'espoir d'une permission souvent déçu, les informations mal contrôlées, peu précises, souvent erronées qui filtrent à travers la presse. Elle s'aperçoit qu'au fur et à mesure que le temps passe, le poilu aguerri, devient une bête de guerre et souvent oublie une partie de son humanité. Mado s'applique alors à offrir à son époux, les meilleures conditions pour sa réintégration. Mais cela suffira-t-il ? L'affaire aurait pu en rester là, mais c'était sans oublier l'intervention de Marguerite, sa soeur de lait, enceinte d'un homme dont elle ne se souvient même pas. Un beau récit d'une femme qui voulait, avec beaucoup de volonté, être digne pendant l'absence de son mari et retrouver une vie de famille dès son retour. Ce récit plein d'humanité évoque la vie compliquée des femmes dont les époux sont partis sur le front. D'une certaine façon, elles devaient s'en accommoder : se passer du mari, prendre sa place dans la direction de la maison, tenir l'échoppe et devenir ainsi, le chef de famille."

Pourquoi ce livre 


Merci aux éditions Marivole grâce auxquelles j'ai pu découvrir ce roman d'un auteur dont je n'avais jamais entendu parler.

De quoi est-il question ?


Nous voici à l'aube de la première guerre mondiale. Madeleine et Gilbert qui jusqu'alors filaient le parfait amour voient l'ordre de mobilisation arriver et Gilbert est obligé de partir pour le front. Mado, de son côté, se retrouve seule pour subvenir à ses besoins. Elle décide donc de rouvrir sa cordonnerie afin de gagner un peu d'argent.

Et alors que Gilbert est heureux avec ses compagnons de partir défendre les valeurs de la France, Mado elle est heureuse de pouvoir enfin faire quelque chose qui lui tient vraiment à coeur. Mais bientôt les difficultés de la guerre se font sentir, les premières déceptions aussi alors on espère que la guerre finira bientôt mais elle en est loin.

D'autant que bientôt arrive chez Mado sa soeur Marguerite, enceinte d'un enfant et toujours bloquée dans ses enfantillages et incapacités de se prendre en main. Sur le front, la mort, la misère et la crasse deviennent bientôt le lot quotidien alors le seul moyen de survivre est d'écrire aux gens que l'on aime et espérer le retour.

Du côté de la forme...


Vous le savez, j'apprécie beaucoup les romans historiques traitant de cette période extrêmement troublée de l'Histoire. J'étais donc ravie de pouvoir en découvrir un nouveau même si je craignais un peu quelque chose de vu et revu. Ce roman en est loin.

Au début de ce roman, nous découvrons Mado et Gilbert, un couple amoureux et menant une vie comme nous en rêverions tous dans la tendresse et le respect mutuel. C'est la guerre qui va mettre fin à leur bonheur et je dois dire que j'ai beaucoup aimé la manière dont l'auteur amène ce sujet et ses personnages.


Au départ, la vie continue. Les mobilisés sont fiers d'être partis pour reconquérir l'Alsace-Lorraine et flanquer les allemands dehors. Dans les villages et les petites villes les femmes sont heureuses et fières de pouvoir montrer qu'elles aussi sont capables de travailler et de rapporter de l'argent à la maison. L'auteur retranscrit tout cela avec brio.

J'ai beaucoup aimé le parallèle fait entre la vie au village et la vie sur le front. Nous suivons tour à tour Mado et Gilbert dans leurs déboires et il est fort de voir qu'une situation n'était pas forcément enviable à l'autre. L'auteur parvient malgré à ajouter à tout ça une problématique familiale avec Marguerite qui accentue de belle manière la dramaturgie.

Mais ce que j'ai surtout aimé dans ce roman, c'est le caractère épistolaire qu'y propose l'auteur. Car si des romans sur la guerre cela a été fait et refait, peu d'auteurs ont eu le courage de se mettre littéralement dans la peau d'un poilu et de dire son ressenti. Ce n'est en effet pas rien et l'auteur y parvient avec beaucoup de talent, avec beaucoup de force.

Au niveau du style de l'auteur je dois dire que j'ai découvert un style très intéressant qui sait à la fois proposer de belles émotions et à la fois aller à l'essentiel sans s'étendre dans de longues descriptions, ici inutiles pour présenter l'effroi de cette période. Le point de vue interne de la lettre m'a beaucoup touchée et a été très bien travaillé.

En conclusion...


Voici un roman qui m'attendait dans ma pal et que je suis juste ravie d'avoir pu découvrir pour une histoire très belle et très forte, pour un travail sur l'épistolaire étonnant et pour un auteur que je suis vraiment très contente de compter désormais parmi les auteurs présents sur le blog. Voici un roman de plus sur cette période, certes, mais selon des codes plus rares qui changent.
Il va de soi que je ne tarderai pas à vous reparler très bientôt de cet auteur qui ne devrait pas tarder à devenir un incontournable du blog.

jeudi 16 novembre 2017

L'école des Petits Marsus - Benjamin Chaud



Infos sur le livre

éditions : Little Urban
date de publication : 13-10-2017
pages : 32
prix : 13,50€

Résumé éditeur


Ce matin, le réveil sonne trop tôt et trop fort. Allez, hop, hop, hop, petit déjeuner, embouteillages, les professeurs, les copains et les copines, la cantine... les Petits Marsus se prépare pour aller à. l'école.

Pourquoi ce livre ?


Merci aux éditions Little Urban grâce auxquelles j'ai pu découvrir cet album qui m'avait énormément tentée de par sa couverture et de par sa reprise de personnages que j'adore.

Mon avis...


Ce matin, les petits marsus doivent se préparer pour aller à l'école : le réveil sonne, on prend sa douche puis le petit déjeuner. Il faut partir tôt, avec papa, pour éviter les embouteillages et quand on grand on ne pleure pas au moment de rejoindre la maîtresse. A l'école, on apprend des tas de choses et quel bonheur que de tout raconter le soir à la maison !

Vous le savez, je suis particulièrement friande d'albums. Enfant, j'étais une véritable fan du Marsupilami alors, forcément, je ne pouvais pas passer à côté de la lecture de ce livre qui m'a permis de passer un très bon moment.

Cet album reprend une thématique déjà vue et revue en littérature de jeunesse : le premier jour d'école. Il est vrai que l'on peut se demander ce qu'il y aurait encore à dire sur le sujet mais l'auteur parvient ici à innover en reprenant des personnages qui ont marqué des générations : la famille Marsupilami. Un bon point !

Ici, nous allons donc suivre les enfants du Marsupilami et il est touchant de découvrir ces petits restés trop longtemps dans l'ombre de leur père. Nous allons les suivre alors qu'ils se rendent à l'école et il faut avouer qu'ici le lien texte-image prend tout son sens entre un texte très proche de l'enfant mais une illustration où tout est mis à la mode jungle.

Comme les enfants humains, les petits marsus doivent prendre leur douche, leur petit déjeuner, partir tôt, traverser des routes dangereuses. Le dessin dit que cette route dangereuse l'est parce qu'il s'agit d'une rivière où évoluent des crocodiles. Ce décalage et pourtant coalition entre texte et image apporte un humour qui plaira autant aux petits qu'aux grands.

Au niveau de l'illustration, justement, l'auteur joue sur l'humour mais aussi sur la force des détails. Nous pourrions passer des heures sur chaque page à en étudier tous les détails, à en repérer les petites choses que les autres ne verraient pas et à faire réfléchir l'enfant sur la différence entre leur propre expérience et l'expérience des marsus.

Par ailleurs, reprenant très la journée type d'un enfant allant à l'école et les activités proposées par l'éducation nationale, surtout en école maternelle, cette album sera juste parfait à la veille d'une rentrée scolaire pour permettre aux parents de parler aux enfants de la rentrée et de ce qu'ils feront à l'école. Où aux maîtresses pour présenter le programme.

En conclusion...


Voici un album que j'étais très curieuse de pouvoir découvrir et avec lequel j'ai passé un moment très touchant et très mignon. Voici un album que j'ai aimé pour son humour et pour son lien texte-image et pour ce qu'il peut apporter à l'enfant entrant à l'école. Dommage qu'il ne soit pas sorti au moment de la rentrée des classes.
Voici un petite collection prometteuse dont j'espère découvrir bientôt d'autres titres.

mercredi 15 novembre 2017

Le loup et le chevalier - Tullio Corda



Infos sur le livre

éditions : Balivernes
date de publication : 13-06-2017
pages : 32
prix : 13€

Résumé éditeur


Petit ours demande à son papa : « Tu me racontes une histoire ? ». Papa ours alors commence d inventer son histoire, mais ne veut pas mettre de loup dedans. Attirés par le conte, les animaux de la forêt s attroupent peu à peu autour et l histoire prend forme. Mais papa ours est constamment interrompu par tout le monde qui tente de deviner la suite de l histoire et surtout, qui demandent si vraiment, il n y aurait pas un loup dans ce récit... C est alors qu un véritable loup arrive près d eux. Papa ours va alors continuer l histoire en transformant le lapin en chevalier pour aller affronter l animal. Et il participera aussi pour l aider et en allant assommer le loup. Et petit ours n aura qu une envie : « Tu me racontes une autre histoire ? »

Pourquoi ce livre ?


Merci aux éditions Balivernes pour cette nouvelle découverte pour un livre dont le titre et la couverture m'intriguaient pas mal.

De quoi est-il question ?


Papa Ours et Bébé Ours sont partis en forêt pour un pic-nique. C'est alors que Bébé Ours demande à son papa de lui raconter une histoire. Mais Papa Ours n'est pas très douée pour inventer une histoire comme ça et Bébé Ours a bien en tête le genre d'histoire qu'il veut alors il ne cesse de couper Papa Ours. Il faut dire que Bébé Ours, lui, dans son histoire, il veut un loup...

Mais Papa, lui, ne veut pas d'un loup ou d'un monstre dans son histoire et préfère y mettre un chevalier. Et au fur et à mesure que Papa raconte, les autres animaux de la forêt viennent écouter tendis que Bébé Ours, lui, continue de couper Papa Ours qui a bien du mal à en placer une et à raconter son histoire...

Du côté de la forme...


L'album jeunesse est, comme vous le savez, quelque chose que j'apprécie beaucoup. Avec un tel synopsis, j'étais sûre de passer un bon moment mais, malheureusement, si je reconnais l'intérêt littéraire de ce livre, je n'ai pas vraiment accroché.

En ouvrant ce livre, j'ai tout de suite pensé à ma chère association Lire et faire lire grâce à la mise en abyme de l'adulte qui raconte une histoire à l'enfant. L'auteur joue très bien dans son histoire sur ces thématiques et l'enfant ne manquera pas de se reconnaître lorsque lui-même coupe l'adulte pour le guider là où il veut que son histoire aille.

L'histoire de cet album, c'est l'histoire d'un père qui veut raconter une histoire à son fils et qui, il faut le dire, n'est pas très doué pour ça. Une belle touche d'humour pour dénoncer le manque d'imagination des pères malgré leur bonne volonté à vouloir faire plaisir à leur progéniture. Cette situation saura faire rire ou sourire petits et grands.

Dans cet album, nous pourrons noter une double interactivité. La première se situe dans le dialogue entre le père et le fils qu'enfants et parents pourront à leur tour développer et adapter pour se créer leur propre histoire. La seconde se trouve entre le texte et son illustration qui ne peuvent fonctionner l'une sans l'autre. Le seul texte ne pourrait pas laisser entendre certaines subtilités de l'histoire.

Le texte n'est rien de moins qu'un dialogue et le lecteur adulte pourra longuement s'amuser avec sa voix pour changer les intonations. L'illustration est mignonne quoique peut-être un peu trop schématique. Pourtant, si je reconnais toutes les qualités de cet objet, quelque chose n'a pas fonctionné avec moi.

Malgré le travail évident de l'auteur pour proposer une belle image du conteur, quelque chose m'a manqué dans cette lecture. Le tout m'a semblé être trop simple, trop cousu de fil blanc, pour offrir un album comme je les aime en général. Peut-être aurais-je souhaité une intrigue un peu plus développée ou des personnages plus caractéristiques...

En conclusion...


Voici un album que j'étais plutôt curieuse de découvrir et pour lequel on reconnaîtra un joli travail de mise en abyme de l'adulte contant une histoire à l'enfant. Idéal pour l'association Lire et faire lire, l'interactivité est omniprésente au fil du texte. Pourtant, pour une raison que je ne m'explique pas, je n'ai pas réussi à vraiment rentrer dedans et à apprécié ce livre en tant que lectrice.

mardi 14 novembre 2017

Croire au bonheur - Ingrid Chauvin



Infos sur le livre

éditions : J'ai lu
date de publication : 11-10-2017
pages : 192
prix : 6€

Résumé éditeur


"Me voilà en tête à tête avec ce test de grossesse positif. Les premiers mots que j'ai prononcés en regardant la photo de Jade ont été : Merci ma fille. Comme si elle avait attendu que je sois prête pour m'offrir à nouveau de porter et de donner la vie. Pour que ce bébé qui arriverait ne soit pas un bébé de remplacement, mais un petit frère ou une petite soeur qui aurait sa place à part entière..." Après la perte de sa fille, décédée à l'âge de 5 mois, Ingrid Chauvin a retrouvé par miracle le chemin de la maternité. Une très belle leçon de vie destinée à tous ceux qui se croient à bout de force, un très beau cadeau à partager : l'espoir.

Pourquoi ce livre ?


Merci aux éditions J'ai lu grâce auxquelles j'ai pu découvrir ce témoignage d'une actrice que j'apprécie beaucoup.

De quoi est-il question ?


Lorsque Ingrid Chauvin perd sa fille, âgée à peine de cinq mois, en 2013 la vie, on la comprend, s'arrête du jour au lendemain pour elle. D'autant que les médecins sont formels, plus jamais elle ne pourra avoir d'enfant. Pourtant, deux ans plus tard, le miracle a lieu, elle est enceinte. Une raison de croire de nouveau qu'un bonheur est possible...

Durant les neuf mois que dureront sa grossesse, Ingrid Chauvin n'aura de cesse de croire et de croire encore que ce petit être qui grandit en elle s'accrochera et sera, non pas un enfant de remplacement pour Jade mais un petit frère à part entière. Durant sa grossesse, l'actrice imaginera encore et encore ce que sera la vie avec ce bébé tout en jetant un regard nostalgique sur le passé.

Mais pendant cette grossesse, la vie continue aussi entre le théâtre et une vie de femme pour l'actrice qui veut mettre toutes les chances de son côté mais pour qui chaque jour, également, est un nouveau combat pour ne pas se laisser dévorer par l'inquiétude, un nouveau combat pour préparer au mieux la venue de cet enfant qui aimé plus que tout.

Du côté de la forme...


Les témoignages de célébrités, ce n'est pas tellement mon truc. Ce n'est que de temps en temps que j'en lis si j'apprécie la célébrité en question ou si je pense qu'elle a quelque chose de fort à dire. C'est ce que je croyais avoir avec le livre d'Ingrid Chauvin mais malheureusement je ressors mitigée.

Au début de ma lecture, j'ai été touchée par ce que racontait l'actrice : un retour sur la perte de son premier enfant et la renaissance que provoque en elle l'idée d'être mère de nouveau. J'ai été émue par la force qui ressort des émotions d'Ingrid Chauvin et me suis réjoui avec elle de la savoir enceinte et heureuse. Pourtant, très vite, je me suis lassée.

Si je comprends que ce livre sonne un peu comme une écriture-thérapie et si je conçois que de nombreuses femmes sauront se retrouver et voir un message d'espoir dans ce livre, j'ai eu beaucoup de mal à en voir la finalité si ce n'est celle de partager un bonheur. Déjà pas mal me direz-vous mais finalement la seule retranscription du bonheur de l'attente d'un enfant.

Ce témoignage n'est donc finalement que le récit au jour le jour de la grossesse de l'actrice et même si son bonheur transpire à chaque page j'ai trouvé finalement qu'il n'y avait peut-être pas lieu d'en proposer tout un livre de presque 200 pages. Cet avis n'engage toutefois que moi et pour autant il est important de voir que ce qui est comme "normal" pour des milliers de femmes est un petit bonheur pour l'actrice.

Au fil des pages, Ingrid Chauvin va aussi inviter son lecteur à entrer dans son intimité d'actrice, à voir un spectacle de l'autre côté de la scène et va lui rappeler que l'actrice qui joue son rôle sur scène notamment joue son rôle et peut aussi être perturbé par ses propres émotions. Une belle manière de rappeler aux idiots qu'un acteur n'est pas seulement un acteur mais est aussi un être humain.

Concernant le style je dois bien avouer que je ne sais pas trop quoi en dire. Je pense qu'Ingrid Chauvin a écrit elle-même son témoignage car l'émotion d'une mère, seule une mère peut la retranscrire. De fait, l'actrice sait ici nous faire part de ses émotions et nous rendre heureux pour elle tout en gardant une écriture très populaire.

En conclusion...


Voici un témoignage que j'étais plutôt curieuse de découvrir mais duquel je ressors malheureusement mitigée. Si j'ai aimé toute l'émotion et tout l'espoir qui ressortent de ce récit, j'ai parfois eu le sentiment qu'il n'y avait pas lieu d'en faire tout un livre et c'est dommage. Peut-être aurait-il fallu présenter ça autrement.
Du coup, je pense que je me tournerai prochainement vers le premier livre de l'actrice qui doit, je pense, être autrement plus poignant.

lundi 13 novembre 2017

Rencontre avec Carina Rozenfeld à Clermont-Ferrand (22/09/17)

Salut mes lapinoux !

Ce vendredi, à la superbe librairie des Volcans à Clermont-Ferrand, était invitée Carina Rozenfeld en lien avec le salon des Aventuriales.

La Librairie des Volcans, c'est ça :

Résultat d’images pour librairie de volcans

Alors bien sûr, lorsque j'ai vu que Carina serait présente, et même sachant que j'irais sur le salon, je n'ai pas hésité très longtemps.


J'en ai d'ailleurs profité pour m'offrir un titre de la collection Mini Syros, petite collection toujours sympa pour de petites histoires sympas et vite lues.


Et voilà pour cette nouvelle rencontre !
Si vous avez l'occasion d'aller un jour à la rencontre de Carina Rozenfeld, n'hésitez pas ! Elle est top et ses romans le sont tout autant !

dimanche 12 novembre 2017

In my mailbox (231) - Spécial Brive la Gaillarde

In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren  et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. Retrouvez l'ensemble des participants francophones chez Lilie.
Le rendez-vous hebdomadaire a été déplacé chez Lire ou Mourir.



Salut mes lapinoux !
Une nouvelle semaine s'achève et avec elle un weekend de folie que j'ai eu la chance de passer à la foire du livre de Brive la Gaillarde. Aussi, et même si j'ai tenté de rester raisonnable au sein même du salon, je voulais vous proposer cet IMM spécial pour vous montrer mes achats de ces deux jours merveilleux.

Le nez de Mazarin par [Duperey, Anny]

Et voilà pour mes achats sur le salon !
Je suis bien sûr ravie de ces acquisitions et vous en reparlerai très vite !

In my mailbox (230)

In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren  et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. Retrouvez l'ensemble des participants francophones chez Lilie.
Le rendez-vous hebdomadaire a été déplacé chez Lire ou Mourir.



Salut mes lapinoux !
Une nouvelle semaine s'achève et il est l'heure pour moi de vous présenter ce qui est arrivé chez moi ces derniers jours. Si, comme vous avez pu le voir, je vous ai présenté mes SP en amont sur l'IMM de la semaine dernière, je souhaite aujourd'hui vous montrer toutes les occasions Gibert-Joseph que j'ai pu acquérir à des prix défiant toute concurrence.

Le Mystère olphite par [Rozenfeld, Carina]
L'Eté où je suis devenue jolie par [Han, Jenny]

Et voilà pour cet énorme craquage à petit prix que j'ai eu la chance de m'offrir avec quelques titres que j'ai eu la chance de me faire dédicacer à la Foire de Brive la Gaillarde.

Animaux - Jérémie Fischer



Infos sur le livre

éditions : Les Grandes Personnes
date de publication : 27-08-2015
pages : 34
prix : 20€

Résumé éditeur


Animaux est un livre magique : des formes abstraites sont imprimées sur des feuilles de papier et de plastique transparent, et lorsqu'on tourne les pages, les éléments colorés se combinent pour créer des silhouettes d'animaux. Quelques mots nous guident à travers le livre, on joue à deviner quel animal va nous être révélé, et chacun crée sa propre histoire au fil des pages.

Pourquoi ce livre ?


Suite à l'annonce de la présence de l'auteur à la Biennale des illustrateurs de Moulins que j'ai eu envie de découvrir un de ses livres.

Mon avis...


Ils sont grands ou petits, sauvages ou domestiques, avec des ailes, des nageoires ou des écailles, ils sont reconnaissables entre tous ou un peu plus exotiques... Ils sont tous gracieux, poétiques et dignes du plus vif intérêt des petits comme des grands. Ils sont les animaux et ils font la richesse de notre monde.

Si je suis, comme vous le savez, une fan d'albums, je dois avouer que ce type présent d'albums ce n'est pas là ce que je préfère. Pourtant, lorsque j'ai vu cette couverture et ce titre, je me suis dit que c'était tentant et j'ai eu raison.

Si cet album ne raconte pas à proprement parler une "histoire", il propose tout de même un texte à haute valeur poétique pour conduire l'enfant à la découverte d'animaux de toutes sortes. D'ailleurs, ce texte a valeur d'interactivité en ce sens qu'il "parle" directement à l'enfant en lui posant des questions sans jamais lui en donner les réponses si ce n'est par l'image.

Cet album se présente tel un véritable livre-jeu entre abstraction et figuratif par un jeu de feuillets plastifiés permettant à l'enfant de découvrir page après page des animaux qui ne manqueront pas de le faire rêver. Je dois dire que j'ai vraiment trouvé ce concept très sympa et que je me suis moi-même laissée prendre au jeu des devinettes.

La couverture en dit aussi beaucoup sur la réalisation de l'album qui joue sur des couleurs très vives et irréalistes ce qui permet la découverte d'un onirisme qui fait beaucoup de bien et qui ne manquera pas de séduire les plus jeunes. Le caractère très schématique des animaux représentés porte aussi un charme qui ne laisse pas insensible.

Ce genre d'album n'est pas ce que je préfère mais je sais reconnaître le talent d'un auteur lorsque je le vois et Jérémie Fischer en fait partie. Sa manière de s'adresser aux enfants par le texte et par l'image est assez magistrale et son usage des couleurs et des transparents intelligente. Ainsi, même si ce n'est pas spécialement mon "truc" je ne peux qu'admirer le travail de l'auteur.

En conclusion...


Voici un album que je n'aurais sans doute jamais découvert sans la biennale et je dois dire que je serais passée à côté de quelque chose de très intéressant d'un point de vue de la création. Et si ce type d'album n'est pas ce vers quoi j'aurais tendance à me tourner, les enfants ne sauront manquer de me donner tort en s'attachant aux couleurs et aux jeux d'enquêtes proposés.
Je dois dire que j'ai hâte de pouvoir rencontrer l'auteur de cet ouvrage...

samedi 11 novembre 2017

Le chant du feu - Philippe Lemaire



Infos sur le livre

éditions : City
date de publication : 25-10-2017
pages : 236
prix : 17,50€

Résumé éditeur


Dans la Lorraine d'après-guerre, la vie des ouvriers des hauts-fourneaux s’écoule au rythme de la coulée de l’acier et de l’embrasement du ciel. Frank travaille dans l’un de ces fours qui crachent jour et nuit leurs cendres rougeoyantes. Sa vie est sans intérêt jusqu'à sa rencontre avec la ravissante Lou Belmont, 22 ans. Lou n'est pas comme les autres filles de la région, elle a un rêve : chanter. Pour l'instant, elle est cantonnée aux bars miteux mais elle est persuadée qu’un jour Paris sera à ses pieds, personne ne pouvant résister à sa sublime voix rauque. Cette fougue fascine Frank autant qu'elle l'effraie et, bientôt, ils vivent un amour aussi fou que chaotique. Pourtant, le jeune homme sait bien que la passion de la scène risque d’emporter Lou loin de son cœur. Un simple ouvrier pourrait-il espérer être à la hauteur de la soif de liberté d’une jeune femme aussi ambitieuse ?

Pourquoi ce livre ?


C'est lors de la Fête du livre de Saint-Etienne que j'ai fait l'acquisition, en avant-première, de ce nouveau roman d'un auteur dont je suis depuis quelques années maintenant.

De quoi est-il question ?


Au sortir de la seconde guerre mondiale, Franck, un jeune homme à la vie familiale compliquée, travaille dans une aciérie. Une vie réglée jusqu'au jour où son responsable dit "L'Ancien", l'embauche pour de menus travaux chez lui. C'est là que Franck fait la connaissance de Julie. Ensemble, les deux jeunes gens, malgré la désapprobation première de l'Ancien, s'imaginent un avenir.

Une nuit, en rentrant, Franck renverse en voiture une jeune femme et la dépose à l'Hôtel-Dieu. Il s'agit de Lou Belmont, une jeune femme qui rêve de percer dans le monde la chanson et de s'émanciper d'une mère à la fois absente et rabaissant sans cesse sa fille. Une jeune femme à la vie compliquée à laquelle la vie ne laisse que peu d'instants pour le rêve.

Les jours passent et Franck ne parvient à oublier cette jeune femme dont il ignore tout. Et tendis que la vie continue entre le travail de l'acier, un père odieux devenu dépendant et Julie qui rêve d'officialiser une union en laquelle elle croit, Franck, de son côté, va tout faire pour se rapprocher de Lou et goûter lui-même au rêve...

Du côté de la forme...


Vous le savez, j'aime les romans régionaux. Pour plein de raisons, je me devais donc de vous parler de celui-ci, notamment parce que l'auteur est quelqu'un dont j'apprécie beaucoup l'écriture. Je l'avoue, j'ai aussi été attirée ici par la couverture de ce roman qui est juste sublime.

Ma première remarque ira pour la quatrième de couverture qui, à mon sens, en dit à la fois trop et pas assez sur ce roman, qui ne lui rend en tout cas pas justice à mon avis. Car si le roman va révéler une relation passionnelle entre Franck et Lou, ce n'est pas là l'essentiel du roman, loin de là. L'essentiel est quelque chose de beaucoup plus profond, une quête du bonheur pour deux personnages troublés.

Durant une bonne partie du roman, nous allons découvrir les histoires des deux personnages en parallèle. Deux personnages qui en apparence n'ont rien en commun si ce n'est une vie personnelle complexe due à leurs familles respectives, des difficultés qui vont sans qu'eux-mêmes n'en aient vraiment conscience les rapprocher.

Mais ce que j'ai surtout aimé dans ce roman, c'est le cadre dans lequel nous plonge l'auteur. Tout d'abord, le monde des aciéries, un monde comprenant des métiers dont nous ignorons souvent tout. Un monde qui va trancher avec le monde du spectacle et ses paillettes apparentes. Au fil des pages, j'ai ressenti la chaleur étouffante de ces usines que nous voyons souvent sans les voir.

Au-delà des relations humaines très fortes présentes dans ce roman, l'auteur propose également de très profondes réflexions sur notre monde : le devoir familial, le besoin de rêver. Car ce roman est à la fois un roman très dur sur les réalités de la vie et un roman plein d'onirisme sur un enchantement que vivront Lou et Franck.

C'est une nouvelle fois avec un très grand plaisir que j'ai retrouvé la plume de l'auteur pour un roman qui, a mon sens, est l'un de ses meilleurs parmi ceux que j'ai pu lire. J'ai été touchée par les personnages, frappée par le cadre du roman. L'auteur a pris un plaisir évident à nous raconter cette histoire et ça se sent !

En conclusion...

Je dois le dire, j'attendais beaucoup de ce roman. Je suis donc plus que ravie de pouvoir dire que je n'ai pas eu à être déçue de ma lecture. Avec des personnages très touchants, une ambiance prenante et une intrigue qui fait du bien, j'ai dévoré ce roman en deux jours à peine (salon du livre compris) pour un ensemble qui n'est pas passé loin du coup de coeur.
Un autre roman de l'auteur m'attend dans ma réserve de lectures. Je ne devrais pas tarder à vous parler...

vendredi 10 novembre 2017

Nocturne pour Stanislas - Annie Degroote



Infos sur le livre

éditions : Presses de la cité
date de publication : 04-10-2017
pages : 320
prix : 21€

Résumé éditeur


" Venez ce soir, vous y entendrez Chopin. " En acceptant, à Lille, l'étrange invitation d'une inconnue septuagénaire, Hania ne se doute pas des conséquences qu'elle va avoir sur sa vie, et sur celle de ses proches. Il y a tant d'ombres dans l'histoire familiale de cette jeune artiste aux racines polonaises, élevée à Waziers, au cœur du bassin minier. Comme ces silences gênés autour du souvenir de son grand-père Stanislas Dabrowski. Qui était-il ? Famille éclatée, honneur perdu, exil, chant d'amour de trois femmes... Tandis que se dévoile peu à peu l'itinéraire de Stanislas, c'est tout un pan de l'histoire de ses ancêtres polonais qui sera révélé à Hania.

Pourquoi ce livre ?


Merci aux Presses de la cité grâce auxquelles j'ai pu découvrir ce roman d'une auteure que je crois n'avais jamais lu en vue de la foire de Brive la Gaillarde.

De quoi est-il question ?


Afin de suivre des études, Hania quitte sa région natale et se rend à Lille, contre les brimades de sa mère qui l'accuse de l'abandonner. Cette nouvelle ville rime avec un souffle d'air pur pour Hania qui, bien que regrettant sa grand-mère, apprécie cette liberté nouvelle qui lui fait le plus grand bien. Jusqu'au soir où elle est invitée chez Wilhelmine.

La vieille dame passionnée de musique, de littérature et d'art ne tardant pas à s'attacher à la jeune femme commence à l'inviter à de nombreuses reprises pour discuter, échanger et profiter de délicieuses heures ensemble, tout simplement. Pourtant, très vite, la jeune fille comprend que cette rencontre n'était peut-être pas due au hasard et que la vieille dame pourrait bien connaître sa famille.

Mais au fil des rencontres, Hania va aussi s'apercevoir que sa famille pourrait bien lui avoir caché de lourds secrets, de lourds secrets la concernant directement et qui pourraient enfin expliquer le comportement de sa mère à son encontre. Mais la grand-mère de la jeune femme semble bien décidée à ne rien révéler de l'histoire du grand-père Stanislas.

Du côté de la forme...


Les secrets de famille au sein des romans, voilà qui me plait toujours très fortement. A la lecture du résumé de ce roman-ci, je n'ai donc pas hésité très longtemps avant de vouloir m'y plonger et je dois dire que je l'ai juste dévoré.

Dès le début de ce roman, j'ai été très touchée par Hania et par sa volonté de s'offrir une nouvelle vie dans un ville éloignée de sa ville natale. J'ai été très émue par sa relation houleuse avec sa mère et avoue aurais bien aimé parfois secouer cette femme focalisée uniquement sur elle-même et ne voyant pas combien elle fait souffrir sa fille.

A contrario, j'ai été très touchée par la rencontre de la jeune femme avec Wilhelmine. Une rencontre au sens littéral du terme dans le sens où ces deux femmes vont s'apprêter à faire un bout de chemin ensemble et vont se découvrir des centres d'intérêt commun, une rencontre dans le sens de la naissance d'une belle amitié en somme.

Mais ce qui compte surtout dans ce roman, c'est sans aucun doute le secret de famille qui va peu à peu être révélé et que la jeune fille va découvrir en même temps que le lecteur. A l'instar de la jeune femme, le lecteur va être amené à échafauder des hypothèses, à imaginer des solutions et à comprendre certaines choses sans pour autant être capable de tout découvrir.

Afin de découvrir ce secret, le lecteur va être invité à suivre les souvenirs de la grand-mère d'Hania au coeur de l'Europe de l'Est et d'une fuite vers la France. Ainsi, il va être invité par la même occasion à découvrir un pan d'Histoire sur les difficultés quotidiennes d'individus dans un autre temps qui n'est pas sans rappeler notre époque actuelle.

Concernant le style de l'auteure, j'ai été totalement prise par son écriture addictive sans pouvoir stopper ma lecture avant de l'avoir achevée. J'ai aimé l'émotion qu'elle a su mettre dans son roman, j'ai aimé les questions historiques qu'elle a posé et j'ai aimé le suspens présent même si, en l'occurrence, le secret n'était pas si énorme et c'est dommage.

En conclusion...


Voici un roman que j'avais bien envie de pouvoir lire et dans lequel je me suis plongée sans attente particulière mais grâce auquel j'ai eu une très bonne surprise. Des personnages forts, un secret de famille qui s'avérera terrible pour Hania et des relations humaines qui varient entre beauté et pathos, voilà tout ce que contient ce roman.
Un autre roman de l'auteure m'attend dans ma pal et je serai très curieuse de le lire le plus vite possible.

jeudi 9 novembre 2017

Code 93 - Olivier Norek



Infos sur le livre

éditions : Pocket
date de publication : 09-10-2014
pages : 360
prix : 7,40€

Résumé éditeur


Un cadavre, émasculé, qui rouvre les yeux sur la table d'autopsie. Un portable qui se met à sonner dans le corps d'un jeune toxico, mort de brûlures inexplicables. Malgré quinze ans de terrain en Seine-Saint-Denis, Victor Coste, capitaine de police, se prépare au pire. Et que penser de ces lettres anonymes qui dessinent une première piste : celle d'un mystérieux dossier, le " Code 93 " ?  Une piste qui, des cercles huppés parisiens aux quartiers déshérités, fera franchir à Coste les limites du périphérique, et de la raison... 

Pourquoi ce livre ?


A force d'entendre parler de cet auteur, j'avais acheté ce titre lorsqu'il était paru en format poche et ai, depuis, acheté plusieurs livres de l'auteur. Je me suis aperçue récemment que je n'avais pas encore lu celui-ci.

De quoi est-il question ?


Nous voici en plein coeur de la Seine-Saint-Denis où la criminalité, les trafics de drogue et la petite délinquance règnes en maître. Victor Coste est un habitué de ces jeunes de banlieue et, avec son caractère bien trempé, a su trouver des axes de communication. Mais voilà qu'un cadavre est découvert et là, ce n'est pas la même chose.

Le cadavre qui arrive sur la table d'autopsie a été émasculé. Où plutôt l'homme qui est là car bientôt voilà que le mort ouvre les yeux. Dans le même temps, un portable est retrouvé dans le corps d'un jeune drogué victime d'une overdose. Tout ça est trop étrange pour Coste qui se doute que tout ce petit monde est lié sans trop savoir comment.

Mais dans un quartier où le silence est de mise et où la haine des flics est, plus qu'une tradition, une manière de vivre, Victor aura bien du mal à faire la lumière sur une affaire qui, au fil des jours, ne cesse de s'obscurcir. D'autant que Coste doit aussi faire avec une jeune recrue sortie tout juste de l'école de police et qu'il doit aider à faire sa place dans ce monde d'hommes...

Du côté de la forme...


Le polar, j'en ai lu beaucoup dans les débuts du blog mais ai, depuis quelques temps, un peu levé le pied sur ce genre. L'idée de revoir Olivier Norek à Brive la Gaillarde m'a donc convaincue de le lire et de me refaire une petite immersion dans le genre.

Le début de ce roman nous plonge donc en Seine-Saint-Denis, département où l'auteur a exercé la fonction de policier pendant de longues années. Autant dire que Norek connaît ce département et les gens qui y vivent et qu'il retranscrit tout ça dans son roman sans fioriture, sans rien ajouter sans rien enlever, tel quel.

Un cadavre puis un deuxième vont certes être retrouvés et, certes, Victor Coste devra élucider ces affaires mais, finalement, si ces enquêtes tiennent lieu d'intrigue comme dans tout polar qui se doit, elles ne sont finalement là que pour servir un roman nous décrivant la vie d'un commissariat de région parisienne et de la petite délinquance de banlieue.

Il faut dire que c'est peut-être là ce que je reprocherais à l'auteur, il n'est parfois pas si évident de le suivre dans sa pensée et dans l'évolution de l'enquête en tant que telle. De fait, ce roman je l'ai plutôt vécu comme une ambiance dans laquelle on se plonge, qui n'est pas toujours très reluisante mais qui prend aux tripes et qui laisse envisager ce que peuvent vivre les gens des quartiers.

J'ai beaucoup aimé le personnage de Victor Coste qui, pour une fois, n'est pas un flic détruit par la vie alcoolique et dépressif. Il est un flic "normal" comme il y en a des centaines et mène son commissariat d'une main de maître entre humour et caractère très coloré. L'humour est d'ailleurs omniprésent dans ce roman ce qui fait beaucoup de bien.

Le style de l'auteur, finalement, c'est tout ça : une ambiance dans laquelle le lecteur se plonge sans mal, des personnages vrais auxquels on s'attache très vite même si on n'aimera pas les croiser dans la vraie vie, des enquêtes entremêlées qui font toute la vie d'un commissariat de banlieue parisienne, un humour à l'image de l'auteur.

En conclusion...


Voici un roman dont je n'avais pas encore pris le temps de vous parler et pour lequel je suis juste ravie d'avoir enfin pu vous proposer un billet. Voici un roman qui change des centaines de polars que l'on peut voir un peu partout en ce qu'il a été écrit par un vrai flic qui sait de quoi il cause. Voici un roman qui nous plonge dans une ambiance que l'on quitte à regret une fois la dernière page tournée.
Un auteur à découvrir absolument et que j'espère relire très bientôt !

mercredi 8 novembre 2017

Séismes - Valérie Simon

Séismes par [Simon, Valérie]

Infos sur le livre

éditions : Rebelle
date de publication : 17-09-2016
pages : 120
prix : 11€

Résumé éditeur


Gabrielle, journaliste, arrive à Bucarest juste avant un violent séisme. Réfugiée dans des souterrains investis par des mendiants, la jeune femme rencontre une petite fille ayant survécu à la morsure d'un vampire. Sur fond d'apocalypse, elle enquête, guidée par le beau Pasha dont les apparitions aussi fugaces que séduisantes l'attirent irrésistiblement.

Pourquoi ce livre ?


C'est lors des Aventuriales en septembre que j'ai fait l'acquisition de ce court roman d'une auteure dont j'apprécie énormément tous les romans et qu'une fois de plus j'ai été ravie de retrouver.

De quoi est-il question ?


Gabrielle est journaliste et travaille pour son père. Celui-ci cependant, n'a pas décidé de lui rendre la tâche facile, bien au contraire. Bien qu'étant fille du directeur de journal, Gabrielle est en effet condamnée aux projets sans grande importance. Afin de calmer ses ardeurs de rébellion, il l'envoie à Bucarest.

Si la ville n'est pas pour plaire à la jeune femme, les choses vont bientôt empirer lorsqu'un violent séisme va ravager la ville. L'hôtel dans lequel réside Gabrielle est détruit et la jeune oscille entre paralysie face à l'horreur qui se produit devant elle et affolement pour venir en aide, sans grande efficacité à ceux qui l'entoure.

C'est alors qu'elle tente de se sortir des ruines que la jeune femme tombe sur une fillette, seule. N'écoutant que son instinct maternel, la jeune femme entreprend de venir en aide à la fillette qui va la conduire jusqu'aux sous-sols de la ville où Gabrielle découvrira l'horreur absolue d'une vie de misère et des mythes encore bien présents...

Du côté de la forme...


Il est des auteurs comme ça dont vous achetez les livres les yeux fermés tant pour la qualité d'écriture de l'auteure en question que pour sa personnalité. Valérie Simon est pour moi de ceux-ci et c'est donc sans hésiter que je me suis plongée dans ce roman.

Ce roman nous présente Gabrielle, une jeune femme au caractère bien trempé et très touchante, passionnée par son métier de journaliste et un peu désespérée par les bâtons dans les roues que ne cesse de lui mettre son père. J'ai très vite éprouvé une vive affection pour ce personnage plongée bien malgré elle dans un monde qu'elle croyait connaître mais qu'elle va redécouvrir.

Tout commence par un séisme et je dois dire que j'ai admiré la capacité de l'auteure à nous présenter cet événement et tout l'effroi qui en ressort. J'ai été épatée d'avoir le sentiment d'y être ou, tout du moins, de frémir comme lorsque l'on voit ce type d'images terribles dans les médias. Et c'est avec brio que l'auteure fait ressentir à son personnage la peur et l'incapacité de bouger.

Dans ce roman, le lecteur va être invité à découvrir les mythologies de l'Est de l'Europe et à se replonger dans des univers à la Dracula qui font toujours leur petit effet. On sent que l'auteure a bossé son sujet et j'ai beaucoup cette manière qu'elle a eu de s'approprier ces traditions orales incontournables pour nous offrir un roman totalement original.

Mais si cette histoire va, comme en s'en doute, jouer sur les thématiques des vampires ce qui est toujours agréable, le lecteur comprend très vite qu'il ne s'agit là que d'un prétexte pour évoquer un sujet beaucoup plus grave, beaucoup plus réel et beaucoup plus réflexif : la situation des plus pauvres dans des pays où le gouvernement fait tout pour les cacher.

L'écriture de Valérie Simon, je ne m'en lasse pas. Elle sait m'immerger dans ses romans en quelques lignes à peine, elle sait créer un univers totalement envoûtant et elle sait parler de sujets importants sans que l'on ne s'en rende vraiment compte. Elle sait aussi nous offrir des personnages forts et des surprises qui font du bien.

En conclusion...


Voici un roman qui m'avait tapé dans l'oeil à sa sortie mais dans lequel je n'avais pas encore pris le temps de me plonger. C'est donc avec délice que j'ai découvert l'histoire de Gabrielle et que j'en ai appris beaucoup sur une ville et sur une mythologie dont je ne connaissais finalement rien. L'auteure a su m'immerger dans cet univers et je ressors ravie et meurtrie de ma lecture.
Voici un roman que je vous conseille vivement si vous aimez les romans du genre et qui m'a une fois de plus donné envie de me replonger très vite dans un autre roman de l'auteure.

mardi 7 novembre 2017

Mieux que dix fées - Lénia Major et Cathy Delanssay



Infos sur le livre

éditions : Balivernes
date de publication : 14-03-2017
pages : 29
prix : 10€

Résumé éditeur


Approche ! Je vais te présenter dix fées, chacune avec un talent particulier. La fée des bisous, celle qui console quand tu es triste. La fée qui te raconte une histoire le soir, et celle qui soigne les petits bobos. Mais tu connais quelqu'un qui rassemble toutes les qualités de toutes ces fées. Cette personne qui est donc mieux que dix fées. Peux-tu deviner qui ?

Pourquoi ce livre ?

Merci aux éditions Balivernes grâce auxquelles j'ai pu découvrir ce nouvel album d'une auteure que j'apprécie beaucoup : Lénia Major.

Mon avis...


Qui a dit que les fées n'existaient pas ? Les fées existent bien sûr, elles sont partout autour de nous et, surtout, elles ont de fabuleux pouvoir magiques. Si si, je vous assure ! Il y a la fée des bisous, la fée des chatouilles, la fée des chansons et la fée qui peut tout soigner, les gros chagrins et les petits bobos. Et même qu'il y a quelqu'un qui a tous ces pouvoirs en même temps !

Les albums de chez Balivernes, je suis fan. Ils sont toujours d'une grande poésie, plein de tendresse et de bienveillance. Alors quand un de ces albums est écrit par une auteure dont j'apprécie beaucoup le travail, je ne peux que craquer...

Cet album ne raconte pas vraiment d'histoire. Si c'est ce que vous recherchez, passez votre chemin car ici nul récit sinon peut-être celui d'un lecteur se baladant au pays des fées. Ce livre est plutôt prévu pour nous plonger au coeur d'un univers onirique qui donne le sentiment d'être comme sur un nuage ou sur des bulles de savon.

J'ai beaucoup apprécié le style très poétique de l'écriture qui joue de cette poésie grâce à des vers et des rimes qui sauront initier les plus jeunes à ce genre si particulier. D'ailleurs, cet album n'est pas non plus sans nous faire voyager dans des contrées lointaines et saura apaiser l'enfant juste avant d'aller dormir par exemple.

Je vais à présent vous spoiler mais l'aurez deviné, cette personne merveilleuse qui possède les pouvoirs de dix fées, c'est bien sûr une maman. Une maman qui chérit, qui cuisine et qui fait la folle parfois. Cet album est alors un sublime message d'amour pour toutes les mamans du monde et une magnifique manière pour une maman de dire qu'elle sera toujours là pour son enfant.

Le travail d'illustration m'a plutôt plu même si je dois avouer que je n'ai pas été très convaincue par la représentation des visages. Malheureusement, sans être spécialiste, je sais combien cela peut être difficile à faire et, par ailleurs, il suffit là d'une pure subjectivité qui ne doit en aucun cas être prise pour argent comptant.

En conclusion...


Voici un album que j'avais lu à l'occasion de l'anniversaire de ma maman mais que, étrangement, je n'avais pas encore pris le temps de présenter ici. C'est maintenant chose faite et je ne saurai trop conseiller à chacun de le découvrir et de le faire découvrir. Dites à vos mamans que vous les aimez et à vos enfants que vous serez toujours là pour eux. Grand moment d'émotion assuré !

lundi 6 novembre 2017

"C'est lundi, que lisez-vous ?" (171)

Initié par Mallou et repris par Galleane, ce rendez-vous hebdomadaire est fait pour répondre à trois questions :

- Qu'ai-je lu la semaine dernière ? 
- Que suis-je en train de lire ?
- Que vais-je lire ensuite ?


Salut mes lapinoux !
Une nouvelle semaine commence et il est l'heure pour moi de vous montrer tout ce que j'ai lu ces derniers jours. Des lectures essentiellement marquées par la Foire du Livre de Brive la Gaillarde qui aura lieu en fin de semaine.

- Ce que j'ai lu la semaine dernière

Mado, retour de l'enfer par [Zananiri, Chérif]
Résultat d’images pour itinéraire d'un jeune stéphanois pendant la guerre passemard

- Ce que je lis en ce moment


- Ce que je lirai ensuite


Et voilà pour moi cette semaine !
Et vous ? Quelles sont vos lectures du moment ?