jeudi 21 septembre 2017

The Blackstone Affair, Ne résiste pas - Raine Miller



Infos sur le livre

éditions : Presses de la cité
date de publication : 04-05-2017
pages : 555
prix : 17€

Résumé éditeur

Ex-soldat des forces spéciales britanniques reconverti en agent de sécurité VIP, Ethan Blackstone reçoit d'un ancien partenaire de poker une demande inédite : protéger sa fille, qu'il pense en danger. Ethan refuse tout d'abord la mission. Mais quand il reçoit une photo de Brynne Bennett, il change immédiatement d'avis, subjugué par sa beauté. La jeune femme a quitté les États-Unis pour poursuivre ses études d'art à Londres. Si sa vie est en apparence idyllique, Brynne cache pourtant une part d'ombre. Quand Ethan et Brynne se rencontrent, l'attraction est immédiate, magnétique... Irrésistible. Jusqu'au jour où elle découvre qu'Ethan lui a menti depuis le début.

Pourquoi ce livre


Merci aux Presses de la cité grâce auxquelles j'ai pu découvrir cette nouvelle série au résumé fort tentant et à la couverture plutôt intrigante

De quoi est-il question ?


Après de longs moins, et de lourdes épreuves, en tant que soldat de l'armée britannique, Ethan a décidé de changer de vie. Désormais, il est agent de sécurité pour les plus grandes personnalité et cette nouvelle vie lui convient tout à fait d'autant qu'il a à coeur de choisir ses clients. De fait, lorsque le père de Brynne lui demande de protéger sa fille, il commence par refuser.

Et puis, il y aura une photo et une rencontre plus ou moins fortuite à la sortie d'une exposition de photos. Pour Ethan c'est le coup de foudre, le coup de foudre que le fera changer d'avis et qui lui fera comprendre que jamais il ne saurait tolérer que quelqu'un ne fasse du mal à celle que son coeur vient de choisir. Sauf peut-être lui-même...

Car Brynne est victime d'un lourd passé. Américaine, des événements l'ont poussée à fuir et à migrer vers Paris où elle suit désormais des études d'art. Lorsque sa route croise celle d'Ethan, l'alchimie est immédiate, le coeur de la jeune femme s'emballe. Mais ce passé qu'elle a fuit pourrait bien revenir la tourmenter bien plus tôt qu'elle l'aurait espéré.

Du côté de la forme...


Voici ma première new romance aux Presses de la cité. Cela peut sembler insignifiant mais lorsque vous appréciez une maison d'édition vous faites attention à ce genre de détails. J'ai donc voulu tenter l'aventure et j'ai plutôt bien fait.

Dans le prologue du roman, nous découvrons Ethan et la manière dont il va être contacté par le père de Brynne. En cela, l'auteure nous offre la possibilité d'avoir un train d'avance sur le personnage féminin et ça, on aime ou on n'aime pas. Moi, j'ai plutôt bien aimé dans le sens où tout ce qui va s'enchaîner va comme "couler de source".

La première partie du roman nous plonge dans l'esprit de Brynne, un esprit torturé par des expériences douloureuses. Le point fort de Brynne est de ne pas être comme la majorité de ce genre d'héroïnes : innocente et naïve. Au contraire, Brynne s'est désormais rangée mais on ne peut pas dire qu'elle ait toujours été une jeune femme sans accroc.

C'est seulement dans la seconde partie que le lecteur pourra prétendre à en savoir un peu plus sur l'histoire d'Ethan. Et encore, le tout reste dans un flou artistique certes très bien mené mais qui, d'un autre côté m'a un peu donné le sentiment d'un faux suspens pour amener tout droit le lecteur... à la suite de la saga. De bonne guerre mais quand même.

Ce genre de roman, c'est le mélange d'érotisme et d'intrigue à proprement parler et c'est bien ce que j'ai eu ici même s'il m'a semblé que l'érotisme prenait un peu trop la part sur le reste. Du style, à chaque fois que nous allons apprendre quelque chose sur le passé de l'un ou de l'autre, bam, on s'y remet ! Une manière pour les personnages de se protéger de leur histoire, certes, mais quand même.

Pour ce qui est du style de l'auteure, je dirais que c'est un style simple mais efficace. Elle a à coeur de nous raconter une belle histoire et les pages se tournent sans que le lecteur ne s'en rende vraiment compte (surtout que la police d'écriture est ici assez imposante). Elle parvient à nous faire aimer ses personnages et à nous attacher à eux. On en demande pas plus.

En conclusion...


Voici un roman que j'étais plutôt curieuse de découvrir et que j'ai eu beaucoup de plaisir à dévorer page après page mais duquel je ressors mitigée. Voici un roman qui est un parfait tome d'introduction pour nous immerger dans la relation de deux jeunes gens troublés et qui nous donnent les premiers éléments des souffrances du passé. Une belle excuse pour donner envie de lire la suite...
Les amateurs de ce genres de romans devraient pouvoir passer un bon moment même si ce n'est pas le meilleur que j'ai pu lire. 

mercredi 20 septembre 2017

La fée noire - Pétronille Rostagnat

La fée noire  - Pétronille Rostagnat

Infos sur le livre

Editions : France Loisirs
Date de publication : 09-2017
Pages : 420
Prix : 15,90€

Résumé éditeur

Versailles, juillet 2000. Trois amies d'enfance, Capucine, Emma et Louise, se retrouvent dans un bar pour fêter les résultats de leur baccalauréat. Autour d'une bière, elles font le pacte d'avoir toutes un enfant avant leurs 30 ans. Comment auraient-elles pu imaginer que cette promesse, en apparence anodine, faite à 18 ans engendrerait la mort de quatre personnes dont l'une d'entre elles ? Douze ans plus tard, le 19 juillet 2012. Capucine reçoit la visite d'Alexane, commandant à la brigade criminelle de Paris. Son ami, Nathan, vient d'être sauvagement assassiné et mutilé dans le parking de la place Vendôme. La lettre P a été gravée sur son annulaire gauche, son sexe a disparu. Cinq jours plus tard, elle reçoit un mystérieux message : Nathan n'est plus. Tu as une seconde chance. P.

Pourquoi ce livre ?

N’ayant pas encore fait mon achat France Loisirs de la saison, je me suis rendue ce vendredi 8 septembre à la boutique de Lyon Part Dieu pour aller à la rencontre de l’auteure.

De quoi est-il question ?

Louise, Emma et Capucine sont amies depuis l’enfance. Depuis l’école maternelle, on les surnomme les trois sœurs et elles s’en revendiquent. Le lendemain de l’obtention de leur bac, à l’heure où elles s’apprêtent chacune à prendre des chemins différents, les amies, un peu éméchées, font un pacte : elles devront toutes avant leurs trente ans être mariées et être devenues maman.

Les années ont passé et toutes ont plutôt bien réussi dans la vie. Seule Capucine n’a pas encore d’enfant, la faute à un compagnon, Nathan, peu à même de devenir père de famille ou même à se marier. Il faut dire aussi que Nathan est un coureur et qu’il n’est pas prêt à renoncer à sa vie de Dom Juan. Et Capucine ignore tout de la double vie de son homme jusqu’où jour où celui-ci est retrouvé assassiné dans un garage, le sexe tranché.

Alexa, une enquêtrice au caractère bien trempé et mère de deux adolescents est mise sur l’affaire. Alors que les effectifs sont réduits pour cause d’une autre tuerie, l’enquête qu’elle s’apprête à mener s’annonce complexe car dénuée de sens, sans indice ni témoin. Lorsqu’un second crime dans la même veine survient, Alexa comprend qu’elle doit agir vite avant que les cadavres ne s’accumulent…

Du côté de la forme…

Je l’avoue, sans doute ne me serais-je jamais penchée sur ce roman si je n’avais pas eu l’opportunité d’en rencontrer l’auteure, une personne passionnée par ce qu’elle fait. Sans doute n’aurais-je pas acheté ce livre non plus si j’avais effectué avant mon achat France Loisirs. Et je serais passée à côté de quelque chose de plutôt sympa.

Lorsque j’ai lu le résumé de ce roman, je me suis plongée dans son contenu sans avoir le moindre doute de passer un bon moment. Un pacte entre trois adolescentes qui se finit en bain de sang une dizaine d’année plus tard, voilà qui ne pouvait que me plaire entre polar, thriller et téléfilm à l’américaine (ce qui n’a aucune connotation négative pour moi qui en regarde pas mal).

Dès le début de cette histoire, nous découvrons en effet trois femmes qui semblent toutes avoir plus ou moins bien réussi dans la vie mais qui, en réalité, ne sont pas aussi heureuses qu’elles n’y paraissent. L’auteure reprend donc avec émotion ces thématiques de « derrière les murs », du « que savons-nous vraiment de nos proches et de nos voisins ? ». Des thématiques qui font toujours leur petit effet.

D’ailleurs, par le nombre réduit de personnages, l’auteure nous plonge dans une sorte de huis-clos parfois étouffant duquel le lecteur ne sait trop comment se sortir. Dès les premières pages il sait que la réponse est là, sous ses yeux. Dès les premières lignes il a déjà une vague idée de comment tout ça se terminera. Si je n’ai que moyennement accroché à ce procédé (j’aime être surprise de bout en bout) je lui reconnais une originalité à découvrir.

J’ai beaucoup aimé la manière dont l’auteure nous offre ses personnages en nous faisant douter d’elles à tour de rôle ainsi que sa volonté de nous présenter une inspectrice à la fois sûre de ses convictions et fragile. Malheureusement, la grande lectrice de polars que je suis ne s’est pas laissée bernée très longtemps. De fait, j’ai assez vite compris où l’auteure voulait m’emmener et quel serait le rebondissement final. Dommage.

Concernant le style de l’auteure, j’ai beaucoup aimé sa plume directe et sans artifices. Elle écrit comme si le monde réel se jouait sous nos yeux et ce travail de langage m’a intéressée et fait du bien. En outre, moi qui aime l’hémoglobine et les trucs bien horribles, je dois dire que j’ai plutôt été servie ! Car l’auteure sait nous offrir une intrigue où la violence est reine mais aussi où cette violence est parfois suggérée. Le gros point fort de l’auteure est cette capacité à nous faire comprendre toute la valeur de son titre au moment seulement où toutes les réponses sont données.

En conclusion…

Voici un roman que je n’aurais sans doute jamais lu si je n’avais pas eu l’occasion de rencontrer l’auteure et je dois dire que je serais passée à côté d’un bon petit polar bien agréable à lire entre deux lectures moins dures. Le huis-clos oppressant fonctionne et les personnages principaux évoluent avec beaucoup de force. Malheureusement, je n’ai pas su me laisser surprendre par la fin et c’est dommage.

Voici une auteure à découvrir et que je relirai sans doute à l’occasion mais que je ne conseillerais pas trop à tous les amoureux de polars qui voient venir les fins de très loin.

mardi 19 septembre 2017

Rencontre avec Pétronille Rostagnat à Lyon (08/09/2017)

Salut à tous mes lapinoux !

Ce vendredi, j'ai eu la chance de pouvoir me rendre à une nouvelle séance de dédicace dans une boutique France Loisirs. Cette fois, j'ai eu l'occasion de découvrir une auteure dont je ne connaissais rien. Cette rencontre m'a donc permis de pouvoir découvrir son univers.

Il doit être à peu près 17h45 lorsque j'arrive à la boutique de la Part-Dieu. Il faut dire que, pour moi, cet immense centre commercial est aussi pour moi l'occasion de me rendre dans d'autres de mes boutiques chouchoutes telles que le Disney Store...

Bref, j'arrive et je m'aperçois qu'une nouvelle fois les choses ont été faites en grand :

Aucun texte alternatif disponible.

Pétronille à la rencontre de ses lectrices

L’image contient peut-être : 1 personneL’image contient peut-être : une personne ou plus

Et puis, c'est mon tour ! L'occasion pour moi de rencontrer une auteure tout à fait adorable et de, bien sûr, me procurer son livre. Une très belle manière de faire mon achat de la saison !


Enfin, la photo portrait de coutume



Pour la petite histoire, cette très belle journée s'est poursuivie ce samedi 09/09 à la boutique France Loisirs de Saint-Etienne




Et voilà pour cette nouvelle rencontre en attendant le retour en masse des salons de la rentrée !
En attendant, n'hésitez pas à aller vous procurer le roman de Pétronille, il vaut le déplacement mais je vous en reparlerai tout bientôt...

lundi 18 septembre 2017

"C'est lundi, que lisez-vous ?" (166)

Initié par Mallou et repris par Galleane, ce rendez-vous hebdomadaire est fait pour répondre à trois questions :

- Qu'ai-je lu la semaine dernière ? 
- Que suis-je en train de lire ?
- Que vais-je lire ensuite ?


Salut mes lapinoux !
Une nouvelle semaine commence et il est l'heure pour moi de vous montrer ce que j'ai lu ces derniers jours. Je l'avoue, je n'ai pas trop lu cette semaine, le temps de me faire à mon nouveau chez-moi sans doute avant de reprendre un bon rythme...

- Ce que j'ai lu la semaine dernière

La fée noire par [Rostagnat, Pétronille]

- Ce que je lis en ce moment


- Ce que je lirai ensuite


Et voilà pour moi cette semaine !
Et vous ? Quelles sont vos lectures du moment ?

dimanche 17 septembre 2017

In my mailbox (222)

In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren  et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. Retrouvez l'ensemble des participants francophones chez Lilie.
Le rendez-vous hebdomadaire a été déplacé chez Lire ou Mourir.



Salut mes lapinoux !
Une nouvelle semaine s'achève et il est l'heure pour moi de vous présenter mes acquisitions de la semaine. Cette semaine ayant été rythmée par l'arrivée dans mon nouveau chez-moi, certains bugs sont survenus avec, notamment, des livres arrivés à mon ancien domicile et que je ne pourrai récupéré que début octobre et un avis de passage reçu hier que je ne pourrai récupéré que lundi. Bref...

Les SP bien arrivés

Le Fils de la Bigotière par [Verrier, Michel]
La cavalcade des enfants rois par [DELPARD, Raphaël]

Les SP que je récupérerai en octobre

La Maison de Petichet par [Dress, Evelyne]Les pluies – Ensemble par [Villeminot, Vincent]
Shikanoko (Livre 3) - L'Empereur Invisible par [Hearn, Lian]Viens, on s'aime par [Moncomble, Morgane]

Achats d'occasion



Et voilà pour moi cette semaine !
Et vous ? Qu'avez-vous reçu de beau ?

samedi 16 septembre 2017

Copieuse - Elsa Devernois

Résultat d’images pour copieuse elsa devernois

Infos sur le livre

éditions : Lire c'est partir
date de publication : 18-03-2008
pages : 60
prix : 0,80€

Résumé éditeur


A l'école, je suis assise à côté de Lison. Avant, c'était ma meilleure copine. Presque une sœur, tellement on se ressemblait. On nous appelait les inséparables, les jumelles, ou pire : les photocopies. Mais un jour, j'en ai eu assez...

Pourquoi ce livre ?


Merci à l'auteure qui a eu la gentillesse de m'envoyer son livre afin d'en avoir mon avis suite à un premier livre dont j'avais parlé ici.

De quoi est-il question ?


En classe, Cassandre et Lison sont assises à côté. Elles sont inséparables, meilleures amies et presque soeurs. D'ailleurs, elles s'habillent souvent pareil et on souvent les mêmes affaires. Il faut dire que Lison est en admiration devant Cassandre et rêverait de lui ressembler. Cassandre, elle, voudrait bien pouvoir se démarquer.

Lison a bien du mal à trouver sa propre personnalité et aimerait être un peu plus jolie en étant comme Cassandre, c'est pourquoi elle s'inspire d'elle, souvent, toujours. Et le jour où Cassandre en à assez, le jour où Lison dépasse les bornes en copiant un devoir et en se faisant voleuse, l'amitié entre les deux filles se fêle... au risque de casser.

Nouvelle : Théodore est amoureux de Juliette qui est dans sa classe, de l'une des deux Juliette du moins. Alors, le jour où il organise sa fête d'anniversaire, il décide d'inviter l'élue de son coeur mais sans que cela ne soit trop visible. Mais en étant trop timide, on risque de laisser passer sa chance... à moins que...

Du côté de la forme...


Il y a quelques temps, j'avais pris beaucoup de plaisir à lire Le secret de maman de la même auteure. Imaginez donc ma surprise et ma joie lorsque j'ai reçu un mail de l'auteure il y a quelques semaine pour me proposer la lecture d'autres de ses livres...

Dans ce récit, nous découvrons donc par points de vues alternés deux filles : Cassandre et Lison, deux amies pour la vie au point que leurs camarades de classe les nomment souvent "les jumelles". Mais cette situation déplaît à l'une tendis qu'elle devient la seule solution de l'autre pour devenir intéressante. Il est fort de voir combien une même chose peut être vue de manières si différentes.

J'ai eu beaucoup de peine pour Cassandre dans ce petit livre qui ne sait plus comment se sortir d'une situation dont elle a perdu le contrôle. Et si Lison m'a agacée de par son incapacité à être elle-même, je n'ai pas m'empêcher d'avoir en même temps de la peine pour elle. Ainsi, le jeune lecteur est invité à l'empathie à l'égard d'une personnalité peut-être opposée à la sienne s'il a vécu la même situation.

Ce roman pose la question de l'amitié. Tout est-il possible en amitié ? Est-ce parce que l'on est amis que l'on doit toujours tout faire pareil ? Est-ce parce qu'on veut que quelque chose cesse que cela remet en doute l'amitié toute entière ? La question reste ouverte et les petits lecteurs pourront se la poser et tenter d'y apporter une réponse.

Dans la nouvelle qui suit ce court roman, l'auteur se met dans la peau d'un jeune garçon tombé amoureux d'une fille de sa classe et elle y parvient avec tendresse pour un personnage qui m'a beaucoup touchée. A travers ce petit texte, elle pose la question des sentiments et du comment avouer ses sentiments. Très mignon.

C'est avec grand plaisir que j'ai retrouvé la plume de Elsa Devernois que j'avais déjà beaucoup apprécié avec d'autres de ses livres. La poésie de son écriture est touchante et, surtout, la bienveillance qu'elle transmet pour ses personnages et le message de compréhension qu'elle transmet fait du bien et fera réfléchir les plus jeunes.

En conclusion...


Voici un court roman dont je ne savais rien et très vite lu qui m'a permis de passer un très sympathique moment de lecture. Ici, grâce à un habile travail sur les points de vue l'auteure nous offre une belle histoire d'amitié et aspire à la bienveillance à l'égard de l'autre. Tout ça grâce à une écriture très touchante. A conseiller à toutes les petites filles qui s'interrogent sur l'amitié.

vendredi 15 septembre 2017

La couronne - Annelise Heurtier et Andrea Alemanno



Infos sur le livre

éditions : Alice Jeunesse
date de publication : 14-01-2016
pages : 32
prix : 12€

Résumé éditeur


Lou a toujours été fière de sa belle chevelure hors du commun, que lui admire toute sa famille. Mais, en grandissant, elle découvre que tout le monde ne partage pas cet avis. Regards curieux, moqueries, commentaires désobligeants ou compatissants... " Pauvre petite ", entend-elle sur son passage. Le reflet que lui renvoie le regard des autres la conduit petit à petit à avoir honte de ses cheveux et à les couper. 

Pourquoi ce livre ?


Merci à Annelise Heurtier qui a eu la gentillesse de m'envoyer cet album en référence à ma propre couleur de cheveux...

De quoi est-il question ?


Lou est rousse. Une belle chevelure qui fait penser au coucher de soleil, à une pêche ou encore aux feuille d'automne. Sa chevelure fait même penser à un bon feu de cheminée durant les longues soirées d'hiver. Et Lou est fière de sa chevelure que les gens regardent et admirent lorsqu'elle marche dans la rue. Lou est spéciale et elle le sait.

Mais là où certain la voit spéciale, d'autres la voit différente. Lou aime danser mais avec ses cheveux, ses camarades ne veulent plus d'elle sur scène et la fillette se sent rejetée, les garçons se moquent d'elle. Alors elle coupe ces cheveux du diable qui l'empêche d'être acceptée parmi les autres et qui la rendent affreuse. Jusqu'à ce que la volonté devienne plus forte.

Du côté de la forme...


En recevant ce livre, j'ai tout de suite su qu'il était pour moi. La danse exceptée, cette histoire c'était la mienne. Face à la beauté de la couverture et parce que l'auteure est quelqu'un dont j'admire la plume, je savais que je ne serais pas déçue.

Lorsqu'on parle de différences, on parle de handicap, de maladies dues à la nourriture, de couleur de peau ou que sais-je encore... Mais si la xénophobie est connue et reconnue, qu'en est-il du rejet pour une simple question de couleur de cheveux ? C'est ce sujet qu'il est choisi d'aborder ici et en tant que rousse j'ai été troublée par cet album.

Dans cet album, nous découvrons Lou, une fille qui aime beaucoup sa couleur de cheveux mais qui va finir par la détester parce qu'elle lui vaut le mépris de ses camarades. L'auteure montre alors avec douleur combien l'opinion de l'autre peut influer sur le regard que l'on porte sur nous-même. Et il rageant de voir que la plupart des mal-être sont dus à des personnes cruelles ou jalouses.

C'est un véritable message de tolérance qui est ici livré mais également, sans en dire trop, une belle leçon de courage et de vie. La fin de l'album démontre simplement combien tout est possible à condition d'y croire et à condition de ne pas se laisser briser. Un joli pied de nez à tous ceux qui prennent plaisir à choisir des souffre douleur.

Le style du texte, c'est du grand Annelise Heurtier avec une poésie de tous les instants et une bienveillance touchante. On ne ressort pas tout à fait indemne de sa lecture et les plus jeunes sauront s'émouvoir de la beauté qui émane des mots et des maux de la fillette. L'auteure montre enfin combien de comparaisons il peut être fait à une chevelure rousse hors le trop connu "poil de carotte".

Le travail d'illustration de cet album est grandiose avec des tons de orangés plus ou moins clairs, plus ou moins sombres, et plongeant le lecteur dans un onirisme merveilleux, un onirisme qui laisse l'imagination du lecteur faire le reste. Souvent, il est possible de dire si une illustration nous plait ou non mais ici, je dirai même qu'elle m'a touchée.

En conclusion...


J'étais avide à l'idée de découvrir cet album mais je dois bien dire qu'il m'a fallu mûrir cette chronique un long moment avant de pouvoir vous la proposer. Cet album nous présente une autre forme de différence, une autre forme de discrimination et une belle leçon de vie qui m'a émue et qui donne tout son sens à l'expression "couleur de feu".
Cet album, il va sans dire que je vous le conseille absolument et qu'il s'agit pour moi d'un nouveau coup de coeur.