jeudi 25 mai 2017

Interview - Maïhana Jenny

Merci à Maïhana Jenny qui, lors de sa venue au France Loisirs de Saint-Etienne en mars dernier pour sa toute première séance de dédicace, a accepté de se prêter au jeu des questions-réponses pour le blog à l'occasion de la présentation de son roman Elijah.


- Bonjour, tout d'abord, pourriez-vous vous présenter auprès de nos lecteurs ?
- Bonjour, je m'appelle Jennifer et écrit sous le nom de Maïhana Jenny. J'ai 36 ans, je suis mariée et j'ai deux enfants. J'habite en Ardèche au milieu de mes chiens et de mes chats.

- D'où vous est venue votre envie d'écrire et depuis quand ?
- Il y a un an et demi que j'écris. J'avais besoin de mettre tout ce que j'avais dans la tête sur le papier. Je suis une grande lectrice et cinéphile de l'univers "gay fantastique". J'ai des goûts assez rétrogrades en étant par exemple une grande fan de Star Wars.

- Pourquoi avoir choisi d'écrire de la fantasy urbaine sur base de mythologie ?
- Je suis fan de mythologie égyptienne et m'intéresse beaucoup aux documentaires et livres en tous genres sur le sujet. De même, je voue une passion pour les vampires et les loups-garous.

- Vous travaillez beaucoup, notamment dans Elijah, sur l'humour... Notamment en parlant avec vos personnages !
- Lorsque j'écris je m'imagine parler avec mon frère d'où certaines répliques. Je parle avec mes personnages car j'ai envie de détendre les gens. Je suis assez friande du second degré mais il ne faut pas réfléchir pour lire mes romans.

- Comment avez-vous travaillé la polyphonie et comment avez-vous créé vos personnages ?
- Pour créer mes personnages, j'ai imaginé ma famille. Mes personnages existent et évoluent en fonction de ce qui se passe dans ma vie et ce qui m'arrive rentre dans mes histoires.

- Vous faites de nombreuses références à la littérature et au cinéma...
- J'ai souhaité intégrer dans mon roman des films dont je suis fan (X men, Le roi lion...). Mais il n'est pas nécessaire de connaître ces références pour suivre mes histoires. Ce sont avant tout des clins d'oeil parce que j'aime ces univers.

- Que prévoyez-vous pour la suite ?
- Je prévois d'écrire une nouvelle série et un roman appelé Killian sera le tome 2 de la saga des Sekhmisis.

- Merci beaucoup Maïhana Jenny d'avoir répondu à mes question pour le blog. Je vous laisse le mot de la fin.
- Merci à vous. Je dirai juste : amusez-vous, lisez !

Ma chronique
Maïhana Jenny

Elijah - Maïhana Jenny

Maïhana Jenny

Infos sur le livre

éditions : Autoédition
date de publication : 30-09-2016
pages : 310
prix : 12,72€

Résumé éditeur

Prenez un loup, un phénix, un vampire, un ange ou une déesse égyptienne, prenez-en plusieurs même, ajoutez quelques humains, mélangez le tout et faites-les se rencontrer dans une Égypte imaginaire, à Paris ou au sein d’une meute de loups-garous, et vous obtiendrez Elijah, le premier roman d’une série de 6 tomes. "Elijah" est un guerrier vampire qui doit sauver le monde d'une ancienne prophétie égyptienne. Grâce à ces amis "des guerriers à tomber" et son âme-sœur, il pourra tout mettre en œuvre pour contrer les...comment dire...ah oui!! les "méchants". C'est un roman mélangeant du policier, de l'humour, de la romance et du mystère, c'est un livre dans "l'air du temps". Éclatez-vous avec tous ces beaux mecs !!!

Pourquoi ce livre ?


Merci à la Boutique France Loisirs de Saint-Etienne et à Amel pour cette découverte en vue d'une rencontre avec l'auteure en boutique.

De quoi est-il question ?


Les Sekhmisis et les Apophis sont deux clans qui s'opposent depuis toujours en vue d'une grande guerre finale qui verra triompher l'un ou l'autre. Au centre de cette guerre, une prophétie impliquant une jeune femme, Angélinaë, qui ignore tout de son destin, et Elijah destiné à épouser cette dernière. Une guerre impliquant des jumeaux séparés qu'un certain Damien veut anéantir...

Tout commence lorsqu'une jeune femme est retrouvée assassinée dans d'effroyables circonstances. Si elle n'a rien à voir avec la prophétie, son seul tort a été d'avoir un frère jumeau et d'être, peut-être, la jeune femme grâce à qui la paix viendra. C'est le commissaire Killian, à moitié loup-garou, qui est mis sur l'affaire, une affaire qui va le mener à aller en quête de vieilles mythologies égyptiennes.

Mais tendis qu'il va s'agir d'arrêter Damien avant qu'il ne détruise plus de vies, tendis qu'il va falloir apprendre peu à peu la réalité de ce qui attend Angélinaë, des couples vont commencer à se former et des sentiments à se révéler au plus grand damne de certains, à la plus grande frayeur d'autres et non sans décupler la rage des derniers...

Du côté de la forme...


Si l'auteure n'avait pas été présente au France Loisirs de Saint-Etienne ce 18 mars, sans doute n'aurais-je jamais lu ce roman et, honnêtement, je serais passée à côté d'un joli petit moment qui m'a fait du bien entre deux lectures plus conséquentes.

La fantasy, vous le savez, n'est pas le genre que je lis le plus car j'ai souvent tendance à m'embrouiller les pinceaux entre tous les personnages présentés. Au début de cette lecture, ce roman n'a pas fait exception à la règle et je me suis très vite sentie noyée entre tous ces personnages. Pourtant, l'auteur a su ici m'aider à me retrouver et, au final, j'ai réussi à intégrer assez facilement qui était qui.

Ce roman est avant tout un roman où le dialogue prime sur tout le reste et où le lecture est invité à découvrir les personnalités des personnages par le biais de leurs manières respectives de s'exprimer et sans vraiment connaître leurs histoires passées. Un parti pris intéressant et qui fonctionne plutôt pas mal. Le caractère bien trempé d'Angelinaë et le narcissisme d'Elijah n'avaient pas besoin de plus.

L'intrigue m'a portée avec ce petit côté polar que j'apprécie toujours et une envie d'en savoir toujours plus sur le déroulé des événements. Il est cependant dommage que le caractère érotique du roman et l'histoire d'amour n'apparaissent qu'en fin de tome. J'aurais peut-être souhaité découvrir une relation plus torride ou des sentiments plus surprenants.

Ce que j'ai toutefois beaucoup aimé dans ce roman, c'est justement ce qui a pu déplaire à d'autres lecteurs : l'humour, les références cinématographiques et, surtout, les interventions de l'auteure au fil du roman qui fait le choix de parler avec ses personnages. Un parti pris risqué mais auquel l'auteure s'amuse et qui nous emmène avec elle dans son "délire".

Le style de l'auteure est plein de vie à l'image de l'auteure elle-même : drôle, sincère et passionné. Car c'est bien tout ce que l'auteure aime que l'on retrouve entre les pages de son roman : des zombies, des loups-garous, des vampires, un peu d'homosexualité et des références à la mythologie égyptienne. Le point plus mitigé serait que le roman est vraiment trop court et qu'il mériterait quelques approfondissements ici et là.

En conclusion...


Voici un roman que j'étais plutôt curieuse de découvrir et qui a eu le mérite de me faire redécouvrir l'urban fantasy, genre dans lequel je n'ai jamais vraiment pris le temps de me plonger. J'ignore ce que pourrais penser un amateur du genre de ce roman mais pour une première immersion dans ce genre d'univers, voici une lecture soft et pleine d'humour que je vous. conseille.
Je lirai sans aucun doute la suite de cette saga car je suis très curieuse de savoir ce qu'il arrivera aux autres personnages et ce qu'il adviendra de la prophétie.

Pour acheter le roman, c'est par ici :

mercredi 24 mai 2017

Les vignes en fleur - Marie Vigneaud



Infos sur le livre

éditions : Salvator
date de publication : 23-03-2017
pages : 335
prix : 16€

Résumé éditeur


Gabrielle n'a pas une minute à elle entre les cours à la Sorbonne, et les heures de babysitting qu'elle multiplie dans la capitale pour payer ses études. Sans compter les coups de fi ls excentriques de sa mère, toujours trop anxieuse. Lorsque Camille, sa colocataire à l'insouciance bavarde, l'invite en Provence chez ses grands-parents, elle se laisse aller, avec délices, au milieu des vignes en fl eur. Survient Athanase, officier des forces spéciales et ami de la famille, volontiers moqueur, implacablement sportif. Une véritable calamité pour la gracile jeune fille ! Les voici pourtant face à face. Deux âmes altières se devinent, et bientôt se cherchent. Au service de la France, les missions secrètes d'Athanase se multiplient. Des terroristes islamistes cherchent la vengeance et ciblent Gabrielle. Quand le danger se rapproche, la jeune fille l'a déjà compris : l'amour est fort, aussi fort que la mort.

Pourquoi ce livre ?


Merci aux éditions Salvator grâce auxquelles j'ai pu découvrir ce roman jeunesse à la couverture magnifique initiant quelque chose de nouveau pour la maison d'édition.

De quoi est-il question ?


Gabrielle est une jeune femme à la vie bien remplie. Etudiante à Paris elle partage son quotidien entre les cours et ses heures de babysitting auprès d'une famille bourgeoise de la capitale. Autant dire que la jeune femme n'a presque plus de temps pour elle-même d'autant que sa mère souffre d'une terrible dépression ravageant sa vie et celle de sa famille.

Un été, Camille, la colocataire de Gabrielle, l'invite à venir passer quelques jours en Provence chez ses grands-parents, une parenthèse au sein d'une vie trop remplie. Malgré le chantage affectif de sa mère et celui de sa patronne, la jeune femme accepte de se laisser tenter. C'est au coeur d'un mas provençal qu'elle fera la connaissance d'Athanase, un garçon qui ne la laisse pas indifférente.

Athanase est officier de forces spéciales et ami de la famille de Camille mais la présence de la jeune Gabrielle dans cette maison où il a grandi ne le laisse pas insensible. Lorsque le temps des au-revoir survient, chacun d'eux comprendra que l'amour est né. Un amour pur, sincère et timide bien loin des amoures telles que Gabrielle les avait toujours vu naître autour d'elles.

Du côté de la forme...

Nous connaissons les éditions Salvator pour leur ligne éditoriale religieuse. Aussi, lorsque j'ai vu l'annonce de cette sortie, je n'ai pas hésité bien longtemps avant de savoir qu'il me faudrait savoir de quoi il retournait. De plus, cela faisait un petit moment que je n'avais pas lu de romance et cela me manquait.

Dès le début de ce roman, le lecteur se prend d'affection pour Gabrielle, une jeune femme d'une gentillesse sincère frôlant parfois la naïveté. Parfois, j'ai d'ailleurs eu envie de plonger dans le roman pour dire à Gabrielle de vivre pour elle et de cesser de se faire dévorer par les avis des uns et des autres. Pourtant, à bien des égards, je me suis retrouvée en elle et c'est sans doute là ce qui m'a le plus perturbée.

Puis vient l'histoire d'amour et là, nous sommes bien loin des romances telles que nous en lisons des dizaines depuis quelques années. Nous ne sommes ni dans de la romance à l'eau de rose et encore moins dans une new romance où la sexualité prend une part immense. Ici, nous sommes dans une histoire d'amour douce et sincère qui évolue page après page mais qui reste toujours dans une élévation du sentiment.

La religion, pour selon que nous sommes ici chez un éditeur spécialiste de la question, reste en toile de fond ce qui est bien pensé pour de la littérature pour adolescents et jeunes adultes. Au sein de son roman, l'auteure parvient à nous faire sentir autant la chaleur de la Provence que la pollution parisienne sur fond de réflexion morale et familiale. Un bel axe poétique je dirais...

Malheureusement, les ellipses temporelles parfois trop nombreuses et la construction du roman ne m'ont pas totalement convaincue. Je dois avouer que j'ai mis un peu de temps à rentrer totalement dans l'histoire et à suivre la pensée de l'auteure qui a à coeur de garder l'essentiel. Les émotions, de même, restent parfois en suspend ce qui peut surprendre.

Le style de l'auteure est un style assez particulier surtout si l'on prend en compte son âge. Mais la formation philosophique de Marie Vigneaud joue sans nul doute sur sa manière d'écrire, sur sa manière de voir le monde et sur sa manière de créer des personnages un peu au-dessus des normes, un peu plus spirituels que ce dont on peut avoir l'habitude.

En conclusion...


Voici un roman que j'étais très curieuse de pouvoir découvrir et avec lequel j'ai passé un agréable moment même si je me demande si je prendrais le parti de le faire lire à des adolescentes. L'amour ici retrouve toute sa noblesse et Gabrielle gagnera en indépendance ce qui apporte un plus à ce roman comparé à ce dont on peut avoir l'habitude mais l'ensemble reste peut-être un brin trop philosophique.
Un roman à découvrir malgré tout pour une auteure qui, je pense fera encore parler d'elle.

mardi 23 mai 2017

Le livre chien - Lorenzo Clerici



Infos sur le livre

éditions : Little Urban
date de publication : 10-02-2017
pages : 30
prix : 5,95€

Résumé éditeur


Voici ton livre chien. Dorlote-le, câline-le. Un livre-jeu tendre et amusant.

Pourquoi ce livre ?


Merci aux éditions Little Urban grâce auxquelles j'ai pu découvrir ce petit livre à la couverture très mignonne et au sujet qui m'intriguait pas mal.

Mon avis...


Quel enfant n'a jamais rêvé d'avoir un chien, n'a jamais supplié ses parents de lui offrir la petite boule de poile de ses rêves, n'a jamais trépigné pour accueillir chez lui une boule d'amour sur quatre pattes ? Combien de parents ont dû expliquer, ré-expliquer et parfois se fâcher pour dire que, non, il n'y aura pas de chien à la maison ?

Alors pour tous les enfants qui rêvent d'avoir un chien pour le câliner et pour jouer sans que cela n'entraîne les contraintes des promenades et autres, ce petit livre est fait pour eux. Le réveiller le matin, le caresser, lui apprendre à s'asseoir ou encore lui essuyer les pattes lorsqu'il a marché dans la boue... Les enfants sont ici invités à s'occuper d'un chien de papier à l'image d'un vrai chien.

Il y a plusieurs lectures de cet album, au moins deux. La première est celle d'offrir aux enfants la possibilité de s'occuper d'un chien sans que cela n'entraîne de complications pour les parents. La seconde est celle de permettre aux parents de préparer leur enfant à l'accueil d'un animal en chair et en os. L'idée est en tout cas ici de permettre à l'enfant de s'occuper d'un chien de papier comme d'un vrai chien.

L'idée est plutôt mignonne et l'interaction de l'album est assez sympa avec un jeu sur les pages à tourner, à caresser, à frotter ou encore une invitation à l'enfant à parler au livre comme il parlerait à un vrai chien. Mais il faut quand même reconnaître que si cela développe l'imagination et la responsabilité de l'enfant, l'idée de parler à un livre comme à un animal a quelque chose d'assez particulier...

L'illustration est très mignonne et le style de l'écriture adaptée pour les plus jeunes avec un joli jeu sur les bruitages et les onomatopées. D'ailleurs, ce petit livre se présente à la fois comme une histoire et à la fois comme un jeu auxquels sauront s'amuser petits et grands. Un joli livre en outre pour un apprentissage de la lecture avec les un peu plus grands.

En conclusion...


Voici un petit album dont j'étais très curieuse de découvrir le contenu et dont l'idée m'a plutôt amusée avec le thème du chien de papier à apprécier comme un véritable chien. Si cet album peut offrir le sens des responsabilités et un petit compagnon à l'enfant, l'idée de l'animal de papier me laisse assez dubitative. Les enfants seuls sauront valider ou non une telle idée.
Un petit livre à découvrir et à apprécier ainsi que les autres titres de la collection :

Fleur Sauvage ne fanera pas #2

Mes lapinoux,

Il y a un peu plus d'un moins je vous parlais d'une maison d'édition en danger, les éditions Fleur Sauvage et leur label Aconitum. C'est alors le coeur lourd que je vous disais combien il importait de les aider et de tout tenter pour que David Lecomte puisse poursuivre sa quête de pépites inconnues du grand public : ici et sauver ça :

Image result for fleur sauvage éditions


Une cagnotte Ulule a alors été ouverte et, à deux jours de l'échéance, le fatidique palier des 16 000 euros à récolter à été franchi avec la superbe somme de 16 072 euros au matin du matin du 45ème jour.

Image result for gif joie

Cette nuit, la cagnotte a officiellement fermé ses portes avec la somme totale de 16 913 euros soit 105% de l'objectif. Fleur Sauvage a donc désormais quelques semaines pour se retourner et trouver des solutions sur le long terme.

Image result for gif soulagé

Mais le combat n'est pas fini ! Pour soutenir une maison d'édition, le meilleur moyen est encore d'acheter ses livres et, justement, mon petit doigt m'a dit que des nouveautés sont prévues et qu'il reste pas mal de stock des anciens titres chez Gibert Joseph notamment...

GibertJoseph.com

Fleur Sauvage n'a pas fané mais c'est à nous tous que nous parviendront à faire en sorte que cette petite victoire se transforme en torrent.

Sur le blog, bientôt de nouvelles chroniques pour cette maison d'édition pour vous convaincre, si ce n'est pas encore fait, de vous lancer dans l'aventure !

lundi 22 mai 2017

"C'est lundi, que lisez-vous ?" (150)

Initié par Mallou et repris par Galleane, ce rendez-vous hebdomadaire est fait pour répondre à trois questions :

- Qu'ai-je lu la semaine dernière ? 
- Que suis-je en train de lire ?
- Que vais-je lire ensuite ?


Salut mes lapinoux !
Une nouvelle semaine commence et il est l'heure pour moi de vous montrer tout ce que j'ai lu la semaine dernière. Une semaine très riche en lectures pour moi avec un rythme dont je suis plutôt fière.

- Ce que j'ai lu la semaine dernière



- Ce que je lis en ce moment

Calendar Girl - Février par [Carlan, Audrey]

- Ce que je lirai ensuite


Et voilà pour moi cette semaine.
Et vous ? Quelles sont vos lectures du moment ?